Il y a  des méthodes d’évangélisation que nous ne prendrions plus maintenant et que nous  voyons dans notre première lecture. Elie est vif et se montre audacieux, plein de confiance en son Dieu et un brin ironique vis-à-vis des prêtres de Baal qu’il faut bien appeler ses concurrents directs pour montrer quel est le Dieu qui est le plus fort.
Il s’adresse à ceux de ses contemporains qui étaient tentés d’aller voir ailleurs, vers une religion plus facile et donnant des satisfactions rapides et immédiates. Cet épisode nous fait réfléchir sur notre propre manière d’évangéliser, même si nous ne prendrions pas les mêmes moyens ! Sommes-nous assurés comme l’était Elie, de la confiance de Dieu qui nous donnera quand il le faut tout ce qu’il nous faut ? Sommes -nous prêts à nous laisser surprendre par notre Dieu qui agit dans le cœur de chaque homme indépendamment parfois de nous ? Nous sommes désormais davantage dans le dialogue avec les autres religions que dans la confrontation. Et c’est mieux. Mais cela ne nous empêche pas de témoigner de la joie de croire en Dieu.

Quant à l’Évangile, nous  voyons l’ampleur du déploiement de l’amour de Dieu. Si on ne peut changer un iota, cela signifie que depuis toute éternité, Dieu nous aime et que tout converge vers le Christ, lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Et c’est lui qui donne sens à l’Écriture et à nos  vies.

Yves FROT

X