« Je pars vous préparer une place ». C’est ce que nous dit Jésus. Nous avons une place préparée pour nous. Et pas seulement celle qui nous est réservée dans le paradis, mais aussi celle que nous avons dans le monde.

Notre société actuelle n’est pas le reflet de cette parole. Il y a tant de personnes qui ne trouvent pas leur place dans ce monde, alors même que les possibilités sont de plus en plus variées.

Et Jésus nous dit qu’Il va nous préparer une place. Qu’Il a prévu pour nous quelque chose. Dimanche dernier était notre dimanche de prière pour les vocations. Dieu nous appelle. Il nous appelle au bonheur. Mais il n’y a qu’en Lui que nous pouvons réellement le trouver. Que l’on soit étudiant, père de famille, coiffeur, ou autre chose, c’est en Lui que nous pouvons trouver notre bonheur. Même en ce monde blessé par la souffrance, la maladie, le mal.

« Dans la maison de mon père, il y a de nombreuses demeures. » Le bonheur, c’est cela ! vivre auprès de Dieu. Vivre avec Lui. Et cela nous est possible ici, sur cette terre. Même pour nous qui sommes privés de nos assemblées dominicales. C’est dans la prière, dans l’intimité avec Dieu, en demeurant en Lui qui nous pouvons être heureux. Il s’agit là de la vocation commune à tout Homme. Nous sommes appelés à trouver notre bonheur dans la présence de Dieu.

L’Homme moderne a nettement plus de mal que ses ancêtres pour vivre cela. Il nous faut notre confort, notre téléphone, notre voiture, notre ordinateur, notre compte en banque, notre liberté de circuler (ça revient demain !) notre vie privée non surveillée par le gouvernement, et de nombreuses choses encore. Les Hommes ont-ils tous les mêmes besoins pour être heureux ?

Si nous y réfléchissons bien, beaucoup des choses que nous estimons nécessaires à notre bonheur ne sont nécessaires qu’à nos plaisirs. Je ne vais pas vous dire comme Jésus, va, vent tout ce que tu as et donne-le aux pauvres ! Mais je vais vous inviter, à la fin de ce confinement, à vérifier dans vos habitudes, ce qui est nécessaire, et ce qui est superflu.

Nous allons reprendre une vie un peu plus normale, mais pas la vie que nous menions avant. Je ne vous parle pas des mesures barrières que nous allons mettre en place, mais je vous parle de tout le reste. Ne réfléchissons pas seulement aux moyens de ne pas propager le covid 19, mais aussi aux moyens de faire grandir notre demeure en Dieu.

Bien sûr, nous reprendrons nos célébrations dominicales dès que nous en aurons le droit. Mais nous ne demeurons pas en Dieu juste le dimanche de 11h à midi. Dieu demeure en nous à chaque instant de notre vie. Sachons profiter de cette présence pour renouveler notre vie, et ne pas le confiner. C’est toute notre vie qu’Il veut remplir de bonheur, laissons le jaillir dans chacune des activités que nous reprendrons.

Père Etienne HACHE

X