Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus dit: « Je vous donne ma paix. » L’évangéliste Jean met  l’accent sur «ma paix». En disant ces mots sur la paix, Jésus nous enseigne que sa paix est quelque chose de différent des autres formes de paix. 

Il y a une différence entre ce que nous pensons de la paix et la vraie paix qui vient de Jésus. C’est parce que nous considérons la paix comme l’absence de guerre. Nous pensons que lorsque deux nations ne sont pas en guerre, elles sont en paix l’une avec l’autre. En d’autres termes, notre compréhension de la paix consiste à éviter les ennuis et à refuser de faire des choses désagréables. Mais Jésus en parlant de la paix, il spécifie : « ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. » Jésus n’offre aucune définition positive de sa paix, mais au moins nous savons ce qu’elle n’est pas. La paix du Christ est plus que l’absence de problèmes ou de choses désagréables.

Qu’est-ce que la paix alors ? Saint Augustin parle de dix sortes de paix dans son livre, la Cité de Dieu : 

« La paix du corps, c’est l’agencement harmonieux de ses parties. 

La paix de l’âme sans raison, c’est le repos bien réglé de ses appétits.

La paix de l’âme raisonnable, c’est l’accord bien ordonné de la pensée et de l’action.

La paix de l’âme et du corps, c’est la vie et la santé bien ordonnées de l’être animé.

La paix de l’homme mortel avec Dieu, c’est l’obéissance bien ordonnée dans la foi sous la loi éternelle.

La paix des hommes, c’est leur concorde bien ordonnée.

La paix de la maison, c’est la concorde bien ordonnée de ses habitants dans le commandement et l’obéissance.

La paix de la cité, c’est la concorde bien ordonnée des citoyens dans le commandement et l’obéissance.

La paix de la cité céleste, c’est la communauté parfaitement ordonnée et parfaitement harmonieuse dans la jouissance de Dieu et dans la jouissance mutuelle en Dieu.

La paix de toutes choses, c’est la tranquillité de l’ordre. L’ordre, c’est la disposition des êtres égaux et inégaux, désignant à chacun la place qui lui convient. » 

Pour chaque chrétien, l’absence de conflit n’est pas la paix. Mais l’absence du Christ dans notre vie est toujours l’absence de paix. Jésus est notre paix. Que la paix de Dieu soit avec nous toujours ! 

Père Déo Thomas

X