Aujourd’hui l’Eglise fait mémoire de Saint Cyrille de Jérusalem (∼315 – 387).
Evêque de Jérusalem de 350 à 386, il fût proclamé Docteur de l’Eglise par le pape Léon XIII en 1883.
Il nous a laissé 18 catéchèses baptismales.
En ce temps de carême et de confinement, en voici un extrait :


De la première catéchèse baptismale de Saint Cyrille de Jérusalem (point 4) :

” Tu vas recevoir une armure, non point matérielle, mais spirituelle. Tu vas être désormais planté dans le paradis spirituel ; tu vas recevoir un nom nouveau qui ne t’appartenait pas auparavant. Avant ce jour tu étais Catéchumène , tandis que maintenant tu seras appelé Fidèle . Tu vas être désormais transplanté parmi les oliviers spirituels, greffé de l’olivier sauvage sur l’olivier franc, des péchés sur la justice, des souillures sur la pureté. Tu deviens participant de la vigne sainte. Si tu demeures sur la vigne, tu croîtras comme un sarment fertile, mais si tu n’y demeures pas, tu seras consumé par le feu. Portons donc des fruits qui conviennent. Puissions-nous ne pas devenir comme le figuier stérile, de peur que Jésus, venant à passer, ne maudisse aujourd’hui encore la stérilité. Que tous, au contraire, soient en mesure de prononcer ces mots : « Pour moi, comme un olivier fertile dans la maison de Dieu, j’ai mis dans la miséricorde de Dieu une confiance éternelle. » Olivier non pas matériel mais spirituel, porteur de lumière. Il appartient donc à Dieu de planter, d’arroser, et à toi de porter des fruits. A Dieu de donner la grâce, et à toi de l’accueillir et de la garder. Ne fais pas le dédaigneux parce que la grâce est donnée gratuitement, mais l’ayant reçue, garde-la soigneusement.”

X