« Comme votre cœur est lent à croire ! » Oui, je sais, ce n’est pas une citation de cet évangile, mais de celui des disciples d’Emmaüs. Pour les plus attentifs, il a été évoqué dans l’évangile !

Les apôtres ont eu du mal à croire à la résurrection de Jésus. Et pourtant, ils avaient vu les signes qu’il avait fait. Et ils furent nombreux, ces signes, y compris plusieurs retours à la vie de personnes défuntes. Mais ils n’ont pas cru les premiers témoins de la résurrection. Et nous nous demandons aujourd’hui pourquoi notre monde a du mal à croire, alors que les apôtres eux-mêmes ont eu besoin de voir Jésus en chair et en os.

Oui, notre monde a du mal à croire. Ceci dit, on estime qu’il y a environ 1,3 milliards de catholiques aujourd’hui dans le monde, soit 18% de la population mondiale. Et environ 30 % des Français se disent catholiques. Nous ne sommes donc pas si mal lotis !

C’est à nous de faire grandir ce chiffre. Pas pour les statistiques, mais simplement parce que c’est ce que Jésus nous a demandé : « allez dans le monde entier, proclamez l’évangile à toute la création. » Nous sommes les dépositaires de cette foi, née il y a environ 2000 ans, et qui continue de se propager, de faire vivre les chrétiens. Nous sommes invités à en être les témoins.

Difficile d’être témoin, me direz-vous, alors que nous ne pouvons plus nous rassembler, ni même rencontrer de potentiels futurs disciples du Christ ! C’est vrai. Mais il ne faut pas oublier que l’évangélisation ne peut fonctionner sans la prière. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas annoncer le Christ, profitons-en pour nous préparer à cette mission qui reprendra quand nous pourrons sortir à nouveau. Nous préparer dans la prière, demander au Seigneur d’éclairer notre esprit pour que nous puissions être de vrais témoins de la Foi dans le monde d’aujourd’hui. La prière n’est jamais inutile, et ne reste jamais sans réponse.

P. Etienne HACHE

X