Nous faisons aujourd’hui la mémoire du Cœur Immaculé de Marie au lendemain de la solennité du Sacré-Cœur de Jésus. La proximité de ces deux célébrations montre à quel point le cœur de Marie est proche du cœur de son Fils. 

L’image traditionnelle du cœur de Jésus est celle d’un cœur transpercé, un cœur qui a souffert à cause de l’amour. Le cœur de Marie est aussi un cœur transpercé. Lorsque Jésus a été présenté au Temple, Syméon avait dit à Marie : « … et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ». (Luc 2, 35). 

Marie, comme son Fils, connaissait la douleur que l’amour apporte, comme le montre clairement l’évangile d’aujourd’hui. Lorsque l’enfant Jésus a disparu, Marie et Joseph sont allés le chercher. La lecture de l’Évangile d’aujourd’hui démontre la douleur de la perte, qui est la douleur de chaque parent et la douleur de tous ceux qui ont profondément aimé chacun. 

Quand finalement Jésus a été trouvé, il dit à sa mère : « Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » (Luc 2, 49). Ses paroles de Jésus montre que même s’il était jeune, il avait un objectif plus grand que le rêve de Marie et de Joseph pour leur enfant. Marie a dû apprendre à laisser Jésus partir même quand il était enfant. Plus tard quand il sera adulte, Marie devrait le laisser partir quand il sera suspendu à la croix. 

Même si cela est difficile, Marie pouvait le faire parce que son propre cœur était livré à Dieu ; c’est ce que nous voudrions faire en faisant mémoire de son Cœur Immaculé. Si notre cœur est donné à Dieu et à la volonté de Dieu, nous finirons aussi par savoir quand et comment abandonner ceux que nous aimons.

Père Déo Thomas

X