Dans la première lecture, nous sommes à un moment clef de la vie de Paul. Il termine ce qui sera son avant dernier voyage (puisque le dernier sera celui qui le conduira à Rome) et il fait le point avec ceux à qui il a confié une responsabilité avant de partir à Jérusalem donner la quête qu’il a faite faire pour aider la communauté chrétienne de Jérusalem qui est dans une détresse immense. Ce sont les  églises d’origine païenne qui aident celle d’origine juive. Paul sait parfaitement bien qu’en allant à Jérusalem, il se jette dans la gueule du loup : ses ennemis l’attendent et vont tout faire pour le faire emprisonner et condamner. Ils y arriveront. Et c’est en pleine lucidité que Paul fait ses  adieux et qu’il résume  sa vie avec ces mots que je voudrais bien entendre à la fin de ma vie et même les prononcer « Je n’ai rien négligé pour vous annoncer l’Evangile ». Ainsi Paul est notre modèle et je trouve que ce passage testament est un encouragement pour le témoignage que nous avons à porter. Nous avons à mettre la préférence dans l’annonce de l’Evangile, préférence qui n’enlève ni la vie conjugale, familiale ou professionnelle mais qui met toutes les dimensions de la vie à leur juste place.

Ainsi vivait St Philippe Néri, qui a fondé l’Oratoire à Rome et qui est l’inspirateur des oratoriens qui sont dans notre diocèse. Il a tout fait pour accueillir les pauvres, pour mettre l’Eucharistie au cœur de la vie des chrétiens, pour procurer au maximum la réconciliation et pour éclairer la foi des chrétiens. Il a été un réel disciple de Saint Paul et un récent livre le soulignait.

Mais qu’a fait d’autre la Vénérable Marguerite du Saint Sacrement dont nous célébrons  aujourd’hui l’anniversaire de sa mort, de sa naissance au Ciel disons-nous parfois. Elle a donné sa vie pour l’Enfant-Jésus, elle a souffert le martyre, elle a vécu une vie religieuse qu’elle n’avait pas prévue et en définitive elle donna sa vie pour les autres, aux différents sens du mot donner. Nous rendons grâce pour son action qui traverse les  siècles et nous prions pour sa béatification que j’espère prochaine.

Jésus dans l’Evangile prie pour nous pour que nous soyons vainqueurs du monde. Il ne s’agit pas de dédaigner le monde, il s’agit, comme l’ont fait Paul, Philippe Néri et Marguerite du Saint-Sacrement, de prendre les moyens nécessaires pour le convertir. Et aujourd’hui, il y a la prédication avec Paul, le témoignage avec Philippe et la prière avec Marguerite. Chacun prend le moyen qui est le plus facile pour lui !

Père Yves FROT

X